Skip links

Définir une date de péremption pour les emails commerciaux : la brillante idée de Badsender

Cet article s’avère légèrement différent des autres, il s’agit d’un partage d’idée et d’un soutien pour la belle initiative de Badsender dans son article “#zerocarbonemail : Supprimer “auto-magiquement” les emails périmés des boîtes email de vos destinataires ?”

Dans cet article, Badsender propose une idée liée à la réduction de l’empreinte carbone des emails. Le but de ce partage de bonne pratique est donc de relayer au maximum cette chouette initiative afin de pouvoir la mettre en place à une plus grande échelle.

Nous avons déjà évoqué le sujet dans nos précédents articles, bien que l’emailing soit l’un des meilleurs outils pour entretenir la relation client, son coût pour la planète est loin d’être gratuit.

 

Pour rappel : 

Une entreprise de 100 personnes qui envoie en moyenne 33 emails par jour, 220 jours par an, cela représente 13,6 t de CO2, soit 13 aller-retour en avion Paris-New-York. (Source : Kaizen)

De l’autre côté, 500 mails supprimés = un arbre sauvé.

Il est donc urgent de faire notre part à travers diverses actions qui peuvent paraître petites, mais qui contribueront grandement à un changement si nous sommes de plus en plus nombreux à les pratiquer.

 

Une date de péremption pour les emails commerciaux

L’article propose donc de “faire notre part” en attribuant une date de péremption aux emails envoyés à votre audience. 

C’est-à-dire ?

Vous l’avez peut-être remarqué, lorsque vous envoyez un email commercial à votre audience, le taux d’ouverture ou de clic n’évolue pas drastiquement entre J+4 et J+30 suite à l’envoi de l’email. 

Autrement dit, le taux d’ouvertures maximal est atteint en moins d’une semaine.

Pourquoi continuer d’héberger des emails qui ne seront plus ouverts ?

Badsender propose donc une alternative facile à mettre en place et applicable non pas en 2030 mais dès aujourd’hui :

Il s’agit de permettre à l’émetteur de définir une date de péremption de l’email lors de la programmation de sa campagne. Après cette date, le FAI/webmail aura l’autorisation de supprimer l’email des serveurs et des boîtes mails des destinataires. 

Bien entendu, le destinataire pourra faire le choix de ne pas accepter cette date de péremption afin de garder l’email dans sa boîte mail. 

Ça peut sauver pas mal d’arbres ça non ? 😉

Comment mettre en place dès aujourd’hui une date de péremption à vos emails ?

Badsender propose deux solutions à débattre qui sont les suivantes : stocker la date de péremption dans l’email afin de faciliter le déploiement de cette idée. (Vous pouvez les retrouver en détail dans leur article.)

Cette date pourrait être stockée dans l’en-tête SMTP si le routeur que vous utilisez propose cette possibilité sur son interface. (Avec l’exemple suivant donné dans l’article : “X-Expiration-Date : Tue, 23 Mar 2021 10:00:00 +0000“)

Ou la deuxième option serait d’ajouter le code suivant dans le code HTML de l’email :

<script type=”application/ld+json”>

{

  “@context”:           “http://schema.org”,

  “@type”:              “EmailMessage”,

  “expires”:     “2011-03-23T10:00:00+00:00”,

}

</script>

 

Ou l’autre possibilité serait de placer le code dans le body HTML :

<div itemscope itemtype=”http://schema.org/EmailMessage”>

<meta itemprop=”expires” content=”2011-03-23T10:00:00+00:00″ />

</div>

 

Comme le mentionne l’article, cette seconde option vous permet de mettre dès à présent cette initiative en place, sans attendre un changement de la part de votre routeur.

#Datapourdemain

À travers cet article, nous souhaitions rejoindre Badsender dans leur réflexion et cheminement vers une utilisation de la data (et dans leur cas, de l’emailing) plus éthique et moins coûteuse pour la planète. 

Nous trouvions que leur proposition était concrète et facile à mettre en place. 

L’idée est donc de la relayer au maximum pour que chaque acteur du numérique puisse, à son échelle, commencer ou continuer de faire sa part.

Nous espérons qu’en lisant l’article de Bad Sender vous aurez vous aussi, l’envie de partager cette chouette idée !

Leave a comment